logo ecig occaz

Ecig-occaz.fr

Média et petites annonces

Temps de lecture : 2 minutes
panneau interdiction fumé en france

Le débat autour des arômes dans les cigarettes électroniques s’intensifie à travers l’Europe. Récemment, la France s’est jointe à d’autres nations pour plaider en faveur d’une interdiction des cigarettes électroniques aromatisées, qu’elles estiment ciblées vers les jeunes et menant à une dépendance à la nicotine. Ce mouvement marque une étape significative dans une campagne plus large visant à réduire le tabagisme et l’utilisation de la nicotine chez les jeunes.

La Poussée pour la Réglementation

Un document confidentiel a émergé, révélant la position de la France et de plusieurs autres pays. Le document souligne la croissance exponentielle des produits à base de tabac et de nicotine, dont beaucoup sont aromatisés pour attirer les enfants et les adolescents. Les arômes tels que la pastèque, la fraise, le chewing-gum et le chocolat sont mis en avant comme particulièrement problématiques.

Marketing Agressif et Dépendance Précoce

Selon ce document, ces produits sont commercialisés de manière « agressive » auprès des plus jeunes, une tactique qui fonctionne. Il en résulterait une « dépendance précoce à la nicotine » conduisant à une consommation de nicotine tout au long de la vie, y compris le passage au tabagisme.

Législation Européenne Insuffisante

Les signataires de ce document estiment que la législation européenne actuelle est insuffisante. Dans les pays où certains produits sont interdits, il est encore possible de les obtenir de l’étranger, depuis des régions où la législation les autorise. « Nous avons besoin d’une solution européenne ambitieuse si nous voulons nous attaquer efficacement à ce problème et protéger nos enfants et nos jeunes des effets nocifs de la nicotine et des produits qui, en outre, peuvent constituer une porte d’entrée vers les produits du tabac », affirment-ils.

Interdiction des Arômes et Restriction du Taux de Nicotine

Parmi les initiatives proposées dans les jours à venir figurent l’interdiction des arômes dans les produits à base de nicotine, une limitation de la teneur en nicotine dans ces produits, et, « le cas échéant », leur interdiction pure et simple.

Appel à l’Action de la Commission Européenne

« Nous demandons donc à la nouvelle Commission européenne d’agir et de présenter au plus vite des propositions pour nous aider à protéger nos enfants et nos jeunes des effets nocifs du tabac et des produits à base de nicotine. Plus largement, nous demandons à la Commission de lancer un débat sur les produits à base de nicotine, tout en lui permettant d’examiner l’éventail des réglementations possibles, qui pourraient permettre aux États membres d’interdire également des catégories de produits définies », conclut le document.

Soutien International

Parmi les signataires de ce document se trouvent plusieurs pays dont la France, accompagnée de l’Allemagne, du Danemark, de l’Estonie, de l’Espagne, de l’Irlande, de Malte, des Pays-Bas, de la Finlande, du Luxembourg, de la Slovénie ainsi que de la Pologne.

Conclusion

Bien que le Conseil n’ait aucun pouvoir décisionnaire, comme le rappelle Jean Moiroud, Président de la FIVAPE, celui-ci pourrait faire pression sur la Commission européenne afin que ces idées soient, au mieux débattues, et au pire, adoptées. La France, accompagnée de ses alliés, vient ainsi de poser la première pierre d’une potentielle interdiction des arômes à venir dans toute l’Europe.